Partager sur :

photographe-lyon-professionnelle

52 femmes entrepreneuses

Voici mon projet photographique personnel de l’année 2023. Chaque semaine je vous présente un portrait de femme qui s’est lancée dans l’aventure d’entreprendre.

J’ai quitté le monde de l’ingénierie pour celui de l’entrepreneuriat. Les deux ont en commun d’être majoritairement masculins. Alors j’ai eu envie de mettre en lumière ces femmes audacieuses, dynamiques et déterminées à créer la vie qu’elles souhaitent.

Ces femmes ont des histoires, des raisons d’entreprendre et des parcours variés. Au travers d’un portrait par semaine, je vous montre leur quotidien et raconte leurs histoires.

J’ai eu le plaisir de rencontrer Audrey lors d’une de ses balades gourmandes lyonnaises. Nous partageons la même gourmandise, et beaucoup de curiosité sur notre lieu de vie et son histoire.

Fondatrice de Praline et Rosette lyon-portrait-corporate-entreprise

Lyonnaise d’origine, Audrey a été pendant 7 ans attachée de presse dans des domaines divers (politique, télévision) à Paris. En recherche de sens, elle réfléchissait à changer de voie, sans savoir précisément par où aller.

Sa lassitude, un CDD se terminant, et son compagnon ayant envie de quitter Paris pour Lyon en 2017 (sans savoir qu’elle en était originaire, un bien joli hasard) ont finalement été les déclencheurs de son aventure entrepreneuriale. Il lui était déjà arrivé de faire des missions de communication en tant qu’indépendante, alors créer Praline et Rosette ne représentait qu’un petit pas supplémentaire qui ne l’effrayait pas du tout.

De la culture, un peu de gourmandise, remuez le tout et voici Praline et Rosette

Passionnée de culture, et à la recherche d’une activité gourmande pour faire découvrir Lyon à des amis de passages, l’idée est née de créer un foodtour avec des anecdotes sur l’histoire de Lyon et ses bâtiments.

Quelques mois plus tard, sa belle-soeur prenant de ses nouvelles lui a demandé pourquoi elle ne créerait pas son propre foodtour à Lyon. L’offre en place ne comportait que des foodtours destinés à une clientèle haut de gamme, et non une clientèle curieuse de découvrir son environnement et les pépites gourmandes qu’il recèle. Alors elle est partie à la recherche de bonnes adresses à combiner pour créer des balades gourmandes qui allaient séduire le coeur des lyonnais.

Forte de son expérience en communication, et ayant le contact facile, elle a fait connaître son projet grâce à des articles de presse et de blogs. Les retours conquis de ses clients l’ont aidé à se faire une place  dans le domaine des activités à faire à Lyon, et à trouver de la légitimité dans le milieu souvent masculin de la gastronomie.

Faire découvrir une belle ville et déguster de bons produits, un cocktail réussi

Praline et Rosette a permis à Audrey de trouver du sens dans son métier d’origine. Elle n’aurait jamais imaginé être guide, et ne savait d’ailleurs pas en se lançant à quoi ressemblaient précisément les autres foodtour. Audrey avait par contre identifié un besoin de faire découvrir Lyon et ses belles adresses de manière conviviale. Après s’être renseignée sur Lyon, son histoire en préparant un exposé, elle enrichit aujourd’hui ses balades grâce aux anecdotes qu’elle glâne auprès des professionnels qu’elle rencontre, et parfois même grâce à des clients.

« Si mon métier, c’est de parler avec des gens, alors j’ai réussi ma vie ». Le partage de ses passions, constitue aujourd’hui un quotidien enthousiasmant. Elle propose des balades aux particuliers, mais également aux professionnels lors de séminaires d’entreprise.

Maman depuis un peu plus d’un an, sa maternité l’a forcée à réfléchir à comment poursuivre son aventure avec Praline et Rosette. Aujourd’hui, elle suit son envie de travailler 5 jours par  semaine pour partager sa passion aux lyonnais. Cela lui permet de se sentir épanouie à la fois en tant que maman et sur le plan professionnel.

Histoires d’entrepreneuses

Et vous, qui sont les entrepreneuses qui vous inspirent ? Taggez-les sous ce post, ça leur fera plaisir 😉 Et qui sait, peut-être auront-elles leur place dans ce projet ?