Partager sur :

52 femmes entrepreneuses

Je ne rencontre pas tous les jours des femmes qui ont lancé leur entreprise en se battant vents et marées et qui arrivent à rassembler plus de 1500 collaborateurs… 

Aujourd’hui, je vous raconte l’histoire de Véronique Garnodier. Elle a créé la marque de lingerie Charlott’ en 1994, en suivant son instinct et en osant rêver grand.

Lorsqu’une aventurière entreprend

Dès la sortie de ses études, Véronique, aventurière et fonceuse, a décidé qu’elle entreprendrait. Issue d’une famille d’entrepreneurs, elle connaissait bien ce monde, ses contraintes et ses enjeux.

C’est donc dans la continuité de son éducation qu’elle ouvre dans un premier temps une salle de sport. Quelques années plus tard, elle se sépare de son ex-mari. Avec deux enfants en bas âge, elle cède son entreprise et retourne brièvement dans le monde du salariat.

Elle ressent une grande frustration et a besoin d’un vrai projet de vie, une manière de laisser son empreinte.

Entreprendre avec audace

Elle imagine alors vendre de la lingerie à domicile. Cela ne se faisait pas dans les années 90. Véronique n’était ni experte en lingerie ni en vente à domicile. Mais convaincue de son concept, elle en parle autour d’elle. Son projet reçoit un accueil positif de ses proches.

Véronique se forme alors à la vente à domicile par des lectures sur le sujet. Elle écrit à plusieurs écrivains pour les questionner, ce qui l’aide à acquérir des connaissances précieuses, et même des mises en relations inattendues.

Ne pas s’arrêter à un non

Elle monte également sur Paris pour rencontrer des grossistes qui pourraient l’approvisionner en lingerie.

Devant leur refus, loin de se démonter, elle se rend directement dans des boutiques de lingerie, où la porte ne s’ouvre pas pour autant lorsqu’elle explique qu’elle souhaite simplement tester et valider son concept.

Elle est convaincue que si on ne rencontre pas d’échecs en tant qu’entrepreneuse, c’est qu’on n’a pas tiré le concept jusqu’au bout de ce qu’il peut apporter. Elle décide qu’elle ne rentrera pas à Lyon tant qu’elle n’aura pas trouvé de la lingerie à commercialiser.

En prenant un café en face d’une boutique de lingerie, elle repère deux hommes munis d’une grande valise en sortir. Elle leur a quasi-littéralement sauté dessus, et autour d’un café, elle leur achète comptant une toute petite collection.

Quand l’aventure commence

En rentrant à Lyon, elle embarque ses amies dans les débuts de Charlott’. Et rapidement, elle recommande de nouveaux stocks.

A cette époque, elle rencontre celui qui deviendra son conjoint actuel. Ils se lancent ensemble dans l’aventure : Véronique s’occupe de trouver des fournisseurs, de développer la vente, son conjoint l’accompagne sur la gestion stratégique, les calculs rationnels.

Partager son aventure entrepreneuriale en couple

C’est lorsqu’ils ont commencé à respectivement trop s’immiscer dans leur travail l’un l’autre que Véronique et son conjoint ont pris conscience que pour travailler ensemble, ils devaient accepter de se faire confiance.

Chacun laisse alors l’autre libre d’engager les actions stratégiques qu’il juge pertinentes. Ce dialogue leur a permis de poursuivre sereinement leur aventure entrepreneuriale ensemble. Le sport leur permet d’évacuer le stress ou des désaccords.

Réduire les incertitudes en étudiant

Ils décident de créer leur première collection estampillée Charlott’. Pour cela, ils étudient différentes marques, leurs points forts, leurs inconvénients et créent par eux-même une première gamme de manière artisanale depuis chez eux.

Suite à leur étude de marché, cette gamme concentrait tous les points forts des soutien-gorges étudiés.

Faire croître son entreprise

Véronique prend alors conscience qu’ils ont besoin de grossir et recrute alors progressivement de plus en plus de personnes.

Elle a cette capacité à se focaliser sur le meilleur que peut apporter chaque personne plutôt que de chercher à faire rentrer des personnes aux parcours variés dans un même moule. Véronique est persuadée que chaque personne possède un talent qui trop souvent est inexploité.

Dans son entreprise, Véronique analyse et remet régulièrement en question les méthodes, le concept pour pouvoir continuer d’innover. Fine observatrice, elle s’appuie alors sur les méthodes de vente qui fonctionnent et délaisse les projets qui ne prennent pas.

Avec Charlott’, Véronique a osé s’acharner jusqu’à ce que son aventure décolle. Sa ténacité et sa confiance en elle lui ont permis de créer un concept en lequel peu de gens croyaient dès le départ, mais qui rencontre aujourd’hui un franc succès.

Histoires d’entrepreneuses

Et vous, qui sont les entrepreneuses qui vous inspirent ? Taggez-les sous ce post, ça leur fera plaisir 😉 Et qui sait, peut-être auront-elles leur place dans ce projet ?

Laisser un commentaire