Partager sur :

52 femmes entrepreneuses

Voici mon projet photographique personnel de l’année 2023. Dans le cadre de ce projet, chaque semaine, des femmes inspirantes m’accueillent. Elles me reçoivent chez elles, ou en pleine nature, ou dans leur entreprise pour me raconter leur histoire.

C’est Isabelle Vray-Echinard qui m’a menée à rencontrer Mojgan Tashvigi, cette cheffe cuisinière accueillante et généreuse au parcours atypique dans le milieu de la restauration. Et vu comment je me suis sentie connectée à Isabelle, j’allais reconnaissante à la rencontre de Mojgan.

J’ai donc fait sa connaissance au sein de son restaurant Mojgan, ma cuisine de Shiraz, dans le premier arrondissement de Lyon.

A l’arrivée devant son restaurant, j’ai été impressionnée par les multiples reconnaissances obtenues par cette cheffe. Rares sont les Toques Blanches Lyonnaises à être des femmes. Et je ne m’attendais pas à découvrir parmi elles la cheffe d’un restaurant de cuisine du monde.

Cheffe talentueuse52-Femmes-portrait-cheffe-restaurant

Mojgan est iranienne d’origine. Elle a vécu en Iran durant toute sa scolarité et le début de sa vie professionnelle en tant qu’hôtesse de l’air, puis hôtesse de sol à l’aéroport de Téhéran.

Elle est arrivée en France en 2000. Pendant plusieurs années, elle a tout d’abord appris le français, puis a eu des activités dans le milieu de la vente à domicile, avant d’enseigner l’anglais aux enfants au travers de cours ludiques. Elle accueillait plusieurs dizaines d’élèves chaque semaine dans l’espace qu’elle avait aménagé chez elle.

En 2015, elle ressent le besoin de faire autre chose : elle souhaite partager la cuisine de son pays auprès de grandes entreprises. Nombreux sont en effet les souvenirs de son enfance marqués par les odeurs, les saveurs de la cuisine de sa famille, la convivialité et le partage. Mojgan a eu envie de faire découvrir en France sa culture au travers de cette cuisine familiale et pleine d’histoire.

Partager son histoire par la gastronomie

Elle se lance alors en tant que cheffe à domicile et traiteur. L’amour qu’elle met dans sa cuisine et un bouche à oreille efficace font qu’elle reçoit rapidement de nombreuses commandes. La mairie de Caluire et son magazine Rythme lui accordent également un encart qui lui a offert une visibilité de proximité.

Les petits hasards font les grands projets

Lors d’une assemblée générale pour l’école de musique de Caluire, où elle a fait découvrir la finesse de la cuisine persane à 200 personnes, un journaliste du Progrès la remarque. Il a trouvé sa cuisine tellement extraordinaire qu’il a mis en lumière Mojgan dans un article d’une pleine page.

Se sentant désormais submergée par les nombreuses commandes qu’elle doit réaliser au quotidien, Mojgan décide en 2017 d’ouvrir un restaurant. Elle pensait alors simplifier sa logistique en offrant un point de vente physique à ses clients.

Ouvrir un restaurant, c’était aussi développer un contact au plus proche de ses clients, et partager leur émerveillement. Elle se forme alors au sein de l’institut Paul Bocuse, et ouvre seule en décembre 2017 son restaurant rue Royale.

Ayant participé à un marché en septembre 20217, Mojgan a pu informer le quartier de l’ouverture prochaine de son restaurant. Cela lui a apporté du moonde dès son ouverture.

Avec son sens du détail et son amour pour sa culture, son stand était parmi les plus remarquables, décorés de nombreuses fleurs et de décorations iraniennes. Ses clients découvraient alors d’abord sa cuisine subtile et raffinée avec les yeux avant de se faire conquérir grâce aux saveurs généreuses des recettes de Mojgan.

Elle ne savait pas que c’était impossible, alors elle l’a fait

Avec le recul, elle se rend compte qu’elle ignorait tout du monde de la restauration. Des restaurateurs font classiquement leurs armes auprès d’autres chefs avant de se lancer à leur compte.

Certains chefs bénéficient de l’histoire familiale et leur visibilité pour créer leur établissement. Mojgan était toute seule, et avait uniquement son expérience de cheffe à domicile.

Elle apprécie cette expérience qui lui aura appris énormément de choses. Chaque service contient son lot de découvertes et d’apprentissages. Le rythme est plus cadré puisque tout doit être prêt pour 12h tapantes, le rythme de travail avec ses fournisseurs est différent, beaucoup de tâches administratives, de comptabilités se sont rajoutées avec son passage en société.

Le nombre de tâches grandissant a un impact sur sa créativité et sa passion. Elle a donc dû monter une équipe de confiance pour l’épauler dans le service, la cuisine.

Cela lui permet de continuer à faire rayonner la culture persane dans les assiettes grâce à des recettes belles et sophistiquées réalisées à partir d’ingrédients frais et cuisinés avec passion.

Réagir en temps de crise

En 2020, elle participe avec d’autres chefs à la caravane des chefs qui se tenait place Liautey aux côtés d’autres noms reconnus dans le milieu.

Ce dispositif a permis à des chefs et cheffes de restaurants de poursuivre leur activité en période covid. Durant les confinements, elle s’engage également en cuisinant pour les aide-soignant.e.s d’EHPAD et les sans domicile fixe.

Un sens de l’accueil qui rime avec succès

Mojgan est une entrepreneuse qui a commencé à travailler avec son coeur. Elle a suivi les différentes opportunités et su saisir les rencontres qui la feraient progresser dans ce monde. Aujourd’hui, elle arbore de nombreuses reconnaissances de ses pairs, figure notamment dans le Gault & Millau pour la qualité de son travail et de son accueil.

Cela lui vient certainement de sa motivation, et sa confiance en elle, en sa cuisine qui la poussent à offrir le meilleur à ses clients. Mojgan est une femme engagée qui a osé entreprendre, croire en ses projets et se remettre en question pour avancer.

Histoires d’entrepreneuses

Et vous, qui sont les entrepreneuses qui vous inspirent ? Taggez-les sous ce post, ça leur fera plaisir 😉 Et qui sait, peut-être auront-elles leur place dans ce projet ?

Laisser un commentaire