Partager sur :

52 femmes entrepreneuse

52 femmes entrepreneuses

Voici mon projet photographique personnel de l’année 2023. Chaque semaine je vous présente un portrait de femme qui s’est lancée dans l’aventure d’entreprendre.

J’ai quitté le monde de l’ingénierie pour celui de l’entrepreneuriat. Les deux ont en commun d’être majoritairement masculins. Alors j’ai eu envie de mettre en lumière ces femmes audacieuses, dynamiques et déterminées à créer la vie qu’elles souhaitent.

Ces femmes ont des histoires, des raisons d’entreprendre et des parcours variés. Au travers d’un portrait par semaine, je vous montre leur quotidien et raconte leurs histoires.

Parfois, entreprendre est une vocation… Le père d’Ophélie Bourgeois est entrepreneur. Et c’est naturellement qu’Ophélie a décidé de se tourner vers l’entrepreneuriat.

Plus tard, je serai cheffe d’entreprise ! photographe-femme-entrepreneuse

Et pour arriver à ses fins, Ophélie se lance dans une école de commerce. Durant sa formation, Ophélie acquiert notamment des connaissances en comptabilité et marketing, de droit, de fiscalité, de négociation, de commerce, et bien d’autres… Tout cet apprentissage a été une véritable aide dans la suite de son parcours. Mais elle sait surtout ce qu’elle veut, et crée son parcours à son image. Elle  part en stage au sein d’un festival axé sur l’agriculture biologique, elle étudie dans son mémoire les nouveaux systèmes de distribution des produits locaux.

Choisir sa vie et faire des compromis

A l’issue de ses études, elle réfléchit à ce qu’elle souhaite faire. Elle se sent désenchantée par ses études. La réalité financière la rattrape, et pour rembourser son prêt étudiant, elle crée une micro-entreprise de prestation événementielle et a l’opportunité d’avoir une première mission pour une association belge. Les rencontres qu’elle y fait lui permettent de prétendre à un poste plus pérenne, mais elle souhaite rentrer pour retrouver son amoureux, paysan en Isère dans une ferme en nuciculture. Leur vie est rythmée par les temps forts de la récolte des noix. Elle trouve un emploi en tant que salariée dans un magasin de vêtements, puis rejoint une collectivité territoriale où elle accompagne les entreprises en création. Suite à une fusion, sa charge de travail est multipliée par 3, tandis que son salaire reste constant. Elle a alors quitté ce poste. Pendant 1 an, Ophélie a travaillé sur un projet de création d’une conserverie alimentaire, en faisant des stages, des rencontres. Elle a dû se résigner à abandonner ce projet faute de trouver un modèle économique viable. Elle retrouve un travail alimentaire au sein d’une agence d’assurance. Elle tombe alors enceinte, et se retrouve rapidement en arrêt.

Rester authentique au quotidien

Agacée par les multiples conseils non sollicités qu’elle se voit prodiguer, Ophélie crée le compte Instagram Garde tes conseils où elle recense les conseils déplacés qui sont fréquemment donnés aux futures et jeunes parents. En 3 mois, son compte a déjà 30.000 abonnés. Ophélie découvre alors au travers de cette expérience les mécanismes opaques du placement de produit sur les réseaux sociaux. Après la naissance de son enfant, Ophélie ne peut plus retourner à son travail, et souhaite rester auprès de sa fille. Elle finit par abandonner son poste suite à une rupture conventionnelle refusée. Elle avait besoin de sens et ne s’est pas vraiment demandé comment elle allait gagner sa vie. Elle savait seulement qu’elle avait besoin d’avoir une vie professionnelle à côté de sa nouvelle vie de maman. Alors elle s’est informée, a suivi des conférences sur le thème de la parentalité, tout en restant avec son bébé. Au bout d’un an et demi, elle est contactée par trois maisons d’édition pour sortir un livre tiré de son compte Instagram. En 2 ans, elle sort alors deux livres : « Garde tes conseils » & « Culpabilité ta mère » (où elle partage son aventure personnelle de la maternité) Ophélie s’entoure alors d’un agent, Dina, qui lui apporte des affaires pour vivre de son compte Instagram. Elle partage également son expérience, explique comment fonctionnent les partenariats, affiliations.

Slasheuse libre et engagée

Parallèlement, elle raconte sa vie à la ferme, et crée sa marque la Griniatée, qui propose des produits dérivés à partir des noix cultivées à la ferme où elle vit. Avec cette marque, Ophélie est heureuse de créer enfin ses propres produits. Elle a besoin d’avoir plusieurs projets pour se sentir épanouie. Elle aime se former, et découvrir de nouvelles choses de manière insatiable. Elle s’adapte et traite différents sujets en parallèle avec aisance. Ses différentes casquettes entrepreneuriales lui permettent de vivre à son rythme, de pouvoir s’occuper de ses enfants comme elle le souhaite. Pour continuer à s’épanouir, Ophélie construit sans cesse de nouveaux projets, autour de ses valeurs fortes, et notamment écologiques. Elle va par exemple représenter la société agricole dont elle est associée au sein de la convention des entreprises pour le climat.

Histoires d’entrepreneuses

Et vous, qui sont les entrepreneuses qui vous inspirent ? Taggez-les sous ce post, ça leur fera plaisir 😉 Et qui sait, peut-être auront-elles leur place dans ce projet ?

Laisser un commentaire