Partager sur :

portrait-femme-assurance-lyon

52 femmes entrepreneuses

Voici mon projet photographique personnel de l’année 2023. Chaque semaine je vous présente un portrait de femme qui s’est lancée dans l’aventure d’entreprendre.

J’ai quitté le monde de l’ingénierie pour celui de l’entrepreneuriat. Les deux ont en commun d’être majoritairement masculins. Alors j’ai eu envie de mettre en lumière ces femmes audacieuses, dynamiques et déterminées à créer la vie qu’elles souhaitent.

Chaque semaine je rencontre une femme cheffe d’entreprise. Et chaque semaine, je me régale en l’écoutant me partager son parcours inspirant, fait de rencontres et d’idées, souvent d’obstacles et plein de réussites. 

Aujourd’hui, j’ai rencontré une femme passionnée et passionnante. Nous nous sommes tout à fait rejointes sur notre passion pour l’humain, même si nous intervenons chacune à notre manière. Nadia Kalah est la directrice générale du groupe Avenir Prévoyance composé de Astrisk Assurance et Satis Assurance. Elle accompagne les entreprises dans leurs problématiques d’assurance… dont l’importance est bien souvent sous-estimée.

Entreprendre par besoin d’aventure portrait-femme-assurance-entreprise

Nadia Kalah a eu une vie salariée passionnante dans le monde de l’assurance. Après 14 années d’expérience, elle devait avoir  une opportunité de prendre la direction générale d’une filiale que son groupe devait racheter, à l’étranger. Mais le rachat de cette entité ne s’est finalement pas fait, 10 jours avant la conclusion.

Frustrée par ce projet qui n’a pu voir le jour, elle décide de quitter le groupe April pour monter son cabinet de courtage en assurance Astrisk.

Créer son espace à soi

Avec l’envie de travailler pour elle, sans rendre de compte à personne, Nadia a donc ouvert son cabinet de courtage en assurance dans le 9ème arrondissement de Lyon en 2010.

En entreprenant, elle s’était préparée à semer des graines pendant 3 ans en espérant ensuite récolter les premiers fruits de son travail. Assez vite, elle découvre le réseau d’entrepreneuses au féminin d’Action’elles, dont elle devient ambassadrice, puis, fédérant une équipe engagée autour d’elle, elle prend la présidence de la section AURA en 2017.

Trouver ses premiers clients de plusieurs manières

Après avoir pendant des années vendu des solutions d’assurance à des courtiers, elle accueille ses premiers clients, les commerçants du quartier, grâce à l’inauguration de son enseigne, et a commencé par acheter des leads.

Son expérience passée en télémarketing lui a permis d’appeler facilement des prospects. Son approche qui priorise le conseil apporté à la signature d’un contrat lui a permis d’avoir rapidement des clients satisfaits qui la recommandent.

Nadia a toujours eu pour objectif de faire de son mieux en offrant à ses clients des contrats qu’elle pourrait signer pour elle-même. A ses yeux, la satisfaction de ses clients est ce qui permet à son entreprise de grandir : ses clients sont tellement satisfaits de son professionnalisme et de ses services qu’ils la recommandent avec aisance.

La force du bouche à oreille

Elle est ravie d’accompagner des dirigeants aux profils variés en terme de taille d’entreprise ou de domaine. Son entreprise lui permet aussi d’aménager ses horaires de travail, et notamment de passer plus de temps avec ses enfants en rentrant tôt le soir, ou en les cherchant à l’école. Nadia a décidé en se lançant de prioriser son équilibre vie personnelle / vie professionnelle, ce que son poste de salariée à hautes responsabilités ne lui permettait pas.

Recruter un alternant lui a permis de sortir de son cabinet pour aller réseauter, faire de nouvelles rencontres et s’associer à des prescripteurs qui lui ont envoyé des clients à accompagner.

Savoir saisir les opportunités

En 2015, un inspecteur de compagnie d’assurance l’informe du départ à la retraite d’un confrère aussi exigeant qu’elle en terme d’accompagnement client. Ils échangent et Nadia finit par racheter son portefeuille. Cela lui permet de faire croître son entreprise. A cette occasion, elle reprend l’identité commerciale de la société achetée : Avenir Prévoyance, et recrute une deuxième salariée. Cette croissance la pousse à quitter ses locaux trop petits, et à recruter.

Diversifier ses activités et transmettre sa passion

Une de ses connaissances la recrute pour dispenser une formation pratique aux jeunes de l’IFPAS. Pendant 4 ans, Nadia se régale de transmettre son expérience au service des clients à des jeunes. Ses étudiants sont conquis par les éléments concrets qu’elle leur apporte en parallèle de leur formation plus théorique. Et l’enseignement la fait vibrer.

L’année d’après, un de ses amis monte un centre de formation des métiers de l’hôtellerie et pense à elle pour former ses apprentis à la gestion du risque dans l’entrepreneuriat et des assurances. Depuis 6 ans, Nadia vient alors chaque semaine proposer des cours à des entrepreneurs qui se lancent.

Elle commence souvent ses cours avec humour en leur posant une question : « Est-ce que tout le monde ici sait que vous allez mourir ? » La vraie question étant plutôt quand et comment, Nadia explique ensuite avec moultes détails et anecdotes tous les enjeux de l’assurance.

Réagir en temps de crise

En 2020, le covid arrive. C’est la période de son aventure entrepreneuriale qui aura poussé Nadia dans ses retranchements. Elle doit expliquer à ses clients les couvertures de leurs contrats tout en se battant avec les compagnies d’assurance pour aider ses clients à être indemnisés. Elle contribue avec acharnement à faire bouger les lignes, mais cela lui aura coûté un investissement personnel lourd en temps.

En 2021, Nadia a une nouvelle opportunité de rachat de société. Cela la pousse à faire grandir ses équipes qui atteignent une dizaine de salariés.

Aujourd’hui, elle ressent le besoin de reprendre plus soin d’elle. Elle a pris conscience que ménager son équilibre de vie est une attention de chaque jour.

Histoires d’entrepreneuses

Et vous, qui sont les entrepreneuses qui vous inspirent ? Taggez-les sous ce post, ça leur fera plaisir 😉 Et qui sait, peut-être auront-elles leur place dans ce projet ?

Laisser un commentaire